30 sept. 2014

La chanson française s'affiche au Rond-Point

Jeanne Cherhal (c) Frank Loriou
Les noms de Louis Chedid, William Sheller, Dick Annegarn, Jeanne Cherhal et Patricia Kaas réunis sur le même fronton  à Paris ! C’est le nouveau pari de Jean-Michel Ribes qui va ouvrir le Théâtre du Rond-Point à la chanson avec un programme baptisé « Touche française ». Durant tout un week-end, les 25 et 26 octobre prochains, ces solides représentants de la variété se succéderont dans la salle Renaud-Barrault tandis que la salle Jean Tardieu accueillera la jeune garde avec des artistes comme Babx, Milk Coffee & Sugar et une scène découverte avec Juniore, Gontard ! et Bagarre. Il ne faudra pas non plus rater les talentueuses chanteuses Maissiat et Dawn qui assureront respectivement les premières parties de Chedid et Annegarn.
William Sheller (DR)
Organisée avec la complicité artistique de François Bernheim et de la radio internet PiiAF, cette manifestation promet de devenir, chaque année, un rendez-vous incontournable. D'autant plus que tout le théâtre se mettra au diapason en proposant un menu spécial Touche française au restaurant et des rencontres au bar entre le public et les artistes.
Annie Grandjanin

Le 25 octobre, à partir de 17h30 et le 26 octobre, à partir de 16 h, au Théâtre du Rond-Point, 2 bis, avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris. Tél. : 01.44.95.98.21. Tarifs : 36 € (salle Renaud-Barrault) et 22 € (salle Jean Tardieu)
www.theatredurondpoint.fr

29 sept. 2014

Daniel Lavoie & Laurent Guardo à l'Européen

(c) Josep Molina
Forts du succès de l’album « La Licorne Captive » (Le Chant du Monde/Harmonia Mundi), sorti en France le 25 mars dernier, les deux artistes seront enfin sur une scène parisienne pour un concert qui promet d’être exceptionnel. De sa voix rauque et puissante, Daniel Lavoie interprétera les légendes, écrites et composées par Laurent Guardo (à l’exception de deux poèmes d’Arthur Rimbaud) en compagnie de son complice (à la guitare et aux percussions) et de quatre gambistes. Une œuvre d’amour, dixit Daniel (voir interview du 22 avril sur ce blog), à la croisée du baroque et de la musique médiévale.


Le 14 octobre, à 20h30, à l’Européen, 5 rue Biot, 75017 Paris. Tél. : 01.43.87.29.89. www.leuropeen.info. 

"La carte de Temps: un voyage dans le monde burlesque et désenchanté de Marcel Aymé

(c) Emilie Brouchon
Voilà un bien joli spectacle, sans autre prétention que celle de nous faire (re)découvrir l’univers de Marcel Aymé. Un univers où le fantastique côtoie le réalisme, où la gravité et l’insouciance font bon ménage et qui reste d’une brûlante actualité. Pour preuve, cette adaptation théâtrale de « La Carte », une nouvelle publiée dans le recueil « Le Passe-Muraille » (en 1943), habilement mise en scène par Véronique Vella (de la Comédie Française). Le propos ? La tentative d’un gouvernement (imaginaire ?) instaurant une « Carte de temps » pour luter contre le chômage.  Ce document imposerait aux citoyens de ne vivre que la moitié de leur vie, l’autre se situant dans une sorte de néant. Un remède évidemment farfelu qui conduira à de nouvelles injustices, puisque les plus malins (ou les plus nantis) trouveront vite la parade en échangeant leurs cartes pour gagner…du temps ! Et que les usines se mettent ainsi à tourner à 50% de leur régime.
Servie par trois comédiens inspirés: Patrick Chayriguès, dans le rôle d’un responsable de la sécurité scrupuleux et coincé, Delphine Guillaud, sa sœur rebelle et amoureuse et Raphaëlle Saudinos, ravissante pickpocket qui arrondit son maigre salaire en subtilisant des portefeuilles, cette pièce est entrecoupée de chansons écrites par l’auteur, sur des musiques de Guy Béart (réorchestrées par Roger Pouly). Histoire de rappeler que Marcel Aymé fut également chanté par Zizi Jeanmaire ou Mouloudji.
Entre les trépidations de la fameuse machine à « trapons » (un accessoire indispensable à l'économie du pays), les tracasseries administratives et la chasse aux poètes, on est happé par le jeu des acteurs et l’ironie mordante d'un auteur, parfois tombé aux oubliettes, qui n'avait pourtant pas son pareil pour dénoncer l’hypocrisie de notre société. Salvateur !
Annie Grandjanin


Jusqu’au 15 janvier 2015, les lundis et mardis à 19h30, à l’Essaïon, 6, rue Pierre au Lard, 75004 Paris. Tél. : 01.42.78.46.42. www.essaion.com

24 sept. 2014

Le dixième anniversaire des Muzik'Elles

  
Tal (c) Darius Salimi
Ayo (c) Kate Barry
Depuis sa création en 2005, ce festival ne répond qu’à un seul mot d’ordre : « elles font ce qu’elles veulent ! ». 
De fait, même s’il y a belle lurette que les femmes tiennent le haut de l’affiche, les Muzik’Elles permettent aux talents féminins d’exprimer leur liberté et leur créativité. 
Féminine donc mais surtout pas féministe, cette manifestation a vu défiler des artistes comme Maurane, Véronique Sanson, Suzanne Vega, Juliette, Olivia Ruiz ou encore Brigitte Fontaine qui, dans un bel esprit de partage, ont invité quelques hommes à les rejoindre sur scène. Au menu donc, des cartes blanches mais aussi des créations originales, des rencontres, des découvertes… 
Cats On Trees (c)Ana Bloom
Pour célébrer leur première décennie, les Muzik’Elles ont démarré hier avec une soirée ciné-concert (spécial Marylin Monroe) tandis que ce soir, le Théâtre de verdure du Conservatoire de Musique propose un concert lyrique avec Shigeko Hata (soprano) et le pianiste Frédéric Lagarde. Jeudi, un karaoké acoustique investira la place de l’Hôtel de Ville. Le lendemain un barbecue-concert en bord de Marne permettra de découvrir les FabulouS ZicoS et les élèves de l’Espace Caravelle en première partie de Lou Marco. Dès samedi, sur la scène Tauziet se succéderont des artistes comme Cats On Trees, HollySiz, Alice Russel… deux cartes blanches, l’une à Bernard Lavilliers (avec La Grande Sophie, W Brown, Souad Massi, Sara Tavares) et l’autre à Ayo (accompagnée de Féfé et Anthony Joseph), sans oublier le coup de cœur à la talentueuse Madeleine Besson. Une journée qui se terminera par une DJ Party animée par DJ Pone. Et le dimanche, outre Klô Pelgag et Nourith, deux  chanteuses à découvrir absolument dans la catégorie « Coup de Cœur », les festivaliers applaudiront notamment Mayra Andrade, Zaho, la carte blanche à Tal ou encore une création autour de « Génération Goldman » avec la participation de Mickaël Miro, Pauline, Leslie…
Bernard Lavilliers (c) Thomas Dorn
Entre deux sets, vous pourrez goûter les spécialités des associations de Meaux, écouter des artistes locaux sur les deux scènes « découverte » ou encore flâner sur la brocante musicale (sous la Halle du Marché) pour acheter des instruments ou enrichir votre collection de vinyles. Un dixième anniversaire qui promet d’être festif, d’autant que la météo s’annonce au diapason…
Annie Grandjanin

Jusqu’au 28 septembre,  à Meaux. Informations et réservations : muzikelles.fr ; fnac.com et au 01.83.69.04.50.  

22 sept. 2014

Bruno Guglielmi, un artiste pas ordinaire...




« Depuis une dizaine d’années, je joue mes chansons partout où il y a de la lumière » explique cet auteur compositeur qui  a donc sillonné les routes pour se produire dans les bars et les festivals. Une chance que ce batteur de formation ait finalement opté pour la guitare ! Son instrument en bandoulière, il n’a pas non plus attendu que les majors lui fassent les yeux doux pour graver ses chansons (dans son appartement) sur un premier album autoproduit « La vie ordinaire de Bruno Guglielmi ». Un opus, porté par le single « Le rire des balançoires » qui a notamment attiré l’attention de Maxime Le Forestier. Ce dernier l’a ainsi invité aux « Nuits de Champagne » puis en première partie de ses concerts au Casino de Paris (en septembre 2013).
Il a y quelques jours, Bruno Guglielmi a sorti « Empaillé », un second disque acoustique, toujours autoproduit, mais enregistré cette fois dans la maison de campagne de Maxime. Onze chansons dont certaines ont été écrites avec la complicité d’Arthur Le Forestier (le fils de Maxime) et Jean-François Pifferi. D’aucuns évoquent à son sujet une filiation avec Souchon, Biolay ou Renan Luce. Mais Bruno a incontestablement une identité artistique, une originalité et une poésie bien à lui. Et, lorsqu’il nous chante ses tranches de vie (pas si ordinaire !) dans lesquelles il rêve de finir debout et fier dans son salon (« Empaillé »), dans la peau d’un pigeon pour courtiser sa belle depuis le balcon  (« Le pigeon »), parle sans pathos de l’absence (« La petite lâcheuse ») ou demande à son amour (en duo avec Alizé Oswald) de fuir avant la tempête et la tiédeur dans le titre « Va-t-en », on se dit qu’il est grand temps que cet artiste sensible et inspiré ait les honneurs des projecteurs et des grandes scènes. Pour l’heure, il part à l’abordage de la  jonque chinoise de la Dame de Canton. On promet d’être sur le pont !
Annie Grandjanin


Album « Empaillé », disponible depuis le 15 septembre. En concert, le 24 septembre, à 20 h 30 (avec Artur Le Forestier en première partie), à la Dame de Canton, Quai François Mauriac, 75013 Paris. Tél. : 01.53.61.08.49. www.damedecanton.com

18 sept. 2014

"Les Primeurs de Massy": 17ème moisson !



Faada Freddy
(c) Barron Claiborne
Bosco Delrey (c) Arno Lam
Ce festival est devenu un rendez-vous incontournable pour les curieux des nouvelles tendances musicales et un solide tremplin pour les artistes ayant enregistré un premier album dans l’année. Quand on sait que des artistes comme Asaf Avidan, Ben l’Oncle Soul, Zaz, Camille, Vincent Delerm, La Grande Sophie, Jeanne Cherhal ou encore Emily Loizeau y ont quasiment fait leurs premiers pas sur scène, on peut faire confiance aux programmateurs. Tout au long des saisons, ces derniers écument en effet les concerts et les festivals pour dénicher les jeunes pousses qui se produiront sur les deux scènes (le club et la salle) des « Primeurs de Massy ».
Gaspard Royant (c) JB Ambrosini
Au menu de cette 17ème édition : le trio We Were Evergreen, les musiciens de Supersonic réunis autour du saxophoniste Thomas de Pourquery, le chanteur de Dakar Faada Freddy, l’étoile montante de la scène israélienne Ester Rada, le jeune américain Bosco Delrey,  Talisco dont l’album « Run » est incontestablement l’une des belles surprises de l’année, le collectif parisien Sarah W Papsun, Playing Carver, des musiciens venus de la chanson et du rock indé réunis par la prose de l’écrivain Raymond Carver ou encore le dandy-crooner Gaspard Royant.
On mise donc les yeux fermés (mais les oreilles grandes ouvertes) sur la qualité et la diversité
de la récolte 2014 !
Annie Grandjanin


Du 29 octobre au 1er novembre,  Centre Culturel Paul Bailliart (Paul B)., 6 allée du Québec à Massy (91300). Tarifs : 1 soirée : 18 €,  2 soirées : 32 €, 3 soirées : 42 € et 4 soirées : 52 €. ( les forfaits et abonnements ne peuvent être achetés qu’à Paul B.) Tél. : 01.69.75.12.80. contact@paul-b.fr ; www.lesprimeursdemassy.fr

16 sept. 2014

Beau succès pour Caroline Loeb et... George Sand !

(c) Pauline Belmonte
Séances de rattrapage pour celles et ceux qui l’ont ratée à Paris puis au Festival d’Avignon cet été ! 
Caroline Loeb est de retour sur la scène du Théâtre du Gymnase avec « George Sand, ma vie, son œuvre » (voir article du 8 mars dernier sur ce blog).  Mêlant théâtre et chansons, références littéraires et anecdotes, elle rend ici un bel hommage à l'écrivain mais aussi à celle qui fut de tous les combats pour la défense des femmes ou contre l’esclavage. Un spectacle, à la fois joyeux et émouvant, qui nous rappelle que la Bonne Dame de Nohant ne fut pas seulement l’auteur de « La Mare au diable» ou de « La Petite Fadette ».
Annie Grandjanin

Jusqu’au 27 décembre 2014, les jeudis, vendredis et samedis, à 19h45, au Théâtre du Gymnase, salle Marie Bell, 38 boulevard Bonne Nouvelle, 75010 Paris. Tél. : O1.42.46.79.79. www.theatredu gymnase.com



15 sept. 2014

« Open Space » : son univers impitoyable


Conçue et mise en scène par Mathilda Day la pièce évoque un sujet rarement abordé au théâtre : l’  « Open Space ». Un lieu ouvert, destiné à faciliter les échanges et le dialogue, mais qui condamne les employés à une cohabitation forcée. On se prend à regretter les bureaux, même proches du placard à balais, où l’on pouvait fermer la porte sur les importuns et converser au téléphone avec son amoureux ! D’ailleurs, ici, point de dialogues mais des onomatopées et des bruitages qui scandent chaque déplacement de fauteuil, de dossier, la moindre allée et venue vers le distributeur de boissons ou les toilettes (avec bruit de chasse d’eau à l’appui).
En quelques séquences orchestrées comme un ballet burlesque, Mathilda May a imaginé une journée au bureau entre des femmes et des hommes campés par d'excellents comédiens (Stéphanie Barreau, Agathe Cemin, Gabriel Dermidjian, Loup-Denis Elion, Gil Galliot, Emmanuel Jeantet et Dédeine Volk-Leonovitch). Il y a des moments pittoresques comme le coup de foudre entre l’employé modèle et le dépanneur (de la machine à boissons), le pétage de plomb de l’obscur gratte-papier suicidaire, à qui l'on a octroyé un antique minitel, le toxique rendez-vous dans "l'intimité" du local fumeur, les scènes de danse et de chant… 
Une originale plongée sonore dans l’univers impitoyable de l’ « Open Space » qui n’évite pas quelques longueurs…
Annie Grandjanin000


Jusqu’au 19 octobre, à 21 h, mat. dim. à 15 h, au Théâtre du Rond-Point, salle Renaud-Barrault, 2 bis, avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris. Tél. : 01.44.95.98.21. www.theatredurondpoint.fr

Nilda Fernandez: des steppes aux zincs parisiens


Depuis ses premiers succès comme « Madrid Madrid » ou « Nos fiançailles », le chanteur franco-espagnol n’a cessé de multiplier les expériences artistiques, toujours prompt à saisir son bâton de pèlerin pour partir à la rencontre de son public. Il s’est ainsi produit à Buenos-Aires aux côtés de la grande Mercedes Sosa, a rejoint la population indienne du Nord du Québec, participé au projet « Un bateau pour Cuba », sillonné les routes en roulotte, à l’instar de la troupe de théâtre ambulant « La Barraca » qui parcourait l’Espagne dans les années trente, mis en musique des poèmes de Garcia Lorca, incarné Ferdinand d’Aragon pour l’enregistrement de l’opéra-rock « Anne de Bretagne »…
On se souvient de ses concerts au Théâtre de la Renaissance où il avait entraîné les spectateurs dans la rue ou de son escapade à Moscou pour un duo avec Boris Moïsseev qui se transformera en tournée de plusieurs années en Russie puis en Israël.
Son univers singulier, son timbre haut perché et sa volonté de repousser toujours plus loin les frontières musicales font de ce nomade latin  l’un des artistes les plus atypiques de ces dernières années. De retour dans la capitale, Nilda Fernandez propose cette fois « C’est ma tournée », une série de concerts dans quelques bistrots parisiens (et en région parisienne) qui se termineront, le 13 décembre prochain au Divan du Monde. Accompagné sur scène par les quatre musiciens lyonnais de Ze Gang, il interprétera notamment des titres de son dernier album  « Basta Ya !».
Annie Grandjanin

Le 26 septembre au Débonnaire (107 rue du Chevaleret 75013 Paris, le 27 sept. A Extérieur Quai (5, rue d’Alsace 75010 Paris) le 28 sept. Au Bar du Marché (9, place du Marché à Montreuil), le 16 octobre au Plug In Café (Paris 13e), le 18 oct. à La Timbale (Paris 18e), le 19 oct. aux Oliviers (Aubervilliers), le 20 oct. au bar Le Saint Jean (Paris 18e) et enfin le 13 décembre au Divan du Monde, 75, rue des Martyrs, 75018 Paris. Tél. :01.40.05.06.99. www.divandumonde.com

Tous les concerts sont à 19h30.

10 sept. 2014

"Jazz sur Seine": cru 2014


Avishai Cohen, le 12 oct. au Duc des Lombards
(D.R.)
Fort du succès de sa précédente édition (la deuxième), le Festival « Jazz Sur Seine » investit une nouvelle fois une vingtaine de clubs de la capitale et de l’Île-de- France. Cette initiative de l’Association Paris Jazz Club, soucieuse de faire du jazz « une musique partagée »,  permettra d’applaudir des artistes réputés comme Avishai Cohen, Eric Le Lann, Joe Barbieri et Antonio Fresa dans un hommage à Chet Baker, Richard Bona, Marc Laferrière, Patricia Barber, Manuel Rocheman en quartet, Eric Serra & RXRA Group, Baptiste Trotignon, Otis Taylor… mais aussi de jeunes talents à découvrir. 
Eric Serra, du 16 au 18 oct. au Triton (DR)
En effet, dans le même esprit que le Winter Jazz Festival de New York, « Jazz sur Seine » propose cette année 18 showcases de 45 minutes (dans 6 lieux dont 3 clubs de la rue des Lombards), destinés aux professionnels français et étrangers, mettant ainsi l’accent sur le foisonnant vivier de la scène francilienne.
Fidèle à sa volonté de sensibilisation le festival organise également des masterclasses et des ateliers « découverte du jazz » (histoire, chant et petites percussions…) entièrement gratuits et animés par des jazzmen formés aux techniques de l'enseignement musical.
Au total, pas moins de 120 concerts réunissant 450 musiciens qui donneront la pleine mesure de la diversité du jazz actuel.
Annie Grandjanin

Du 10 au 25 octobre, à Paris et en Île-de-France. Tarifs : 1 offre découverte à 10 € (pour publics prioritaires), Pass 3 concerts à 40 €. Infos et programmation complète sur www.jazzsurseine.fr
A noter que les showcases sont destinés en priorité aux professionnels mais accessibles au public dans la limite des places disponibles.



Des news, des news...


Arthur H. Pour fêter la sortie de son nouvel album « Soleil dedans », enregistré au Québec avec l’équipe et les musiciens de Patrick Watson, le chanteur se produira en showcase à la Fnac des Ternes, le vendredi 26 septembre, à 18 heures.
26-30, avenue des Ternes, 75017 Paris
Forum des rencontres niveau 4

La Recycling Party. Nouvelle édition de ce show qui permet de troquer (et de recycler) un appareil électrique ou électronique, même hors d’usage, contre une place de concert ! Au programme de cette soirée animée par Thomas VDB, la chanteuse Ayo et  Blond and Blond and Blond, un trio suédois qui revisite le répertoire français avec un humour dévastateur (voir article du 28 février dernier). 
Vous pouvez d’ores et déjà réserver une contremarque sur www.billetreduc.com
Le 25 octobre, à partir de 19h30, à la Cigale, 120, bd Rochechouart, 75018 Paris.


Alain Chamfort  vient de rejoindre Pias Le Label dont le catalogue réunit des artistes tels que Jean-Louis Murat, Miossec, Melanie de Biasio, Florent Marchet, Dominique Dalcan …Il débutera ce mois-ci l’enregistrement d’un nouvel album studio, le premier depuis « Le Plaisir », sorti en 2003. A ses côtés : Jacques Duvall pour l’écriture des textes et Frédéric Lo à la réalisation et aux arrangements. .