29 juin 2013

Le Maxi Monster Music Show: délicieusement déjanté

A l’instar du Rocky Horror Show, certains spectateurs sont venus déguisés, histoire de rester dans le ton kitsch et décalé du spectacle. Sur scène, dans un décor de roulotte, des personnages qui semblent tout droit sortis de Freaks, le film culte de Tod Browning. Il y a la femme-tronc, l’homme aux deux visages, le fakir mystique, la danseuse macabre et la femme à barbe. Tour à tour aguicheuse et tyrannique, cette dernière mène cette drôle de revue avec un abattage et un talent incontestables. Baptisée « Soir d’amour à Monte-Carlo », la nouvelle étape de cette troupe de musiciens, auteurs et compositeurs est une invitation à entrer dans un monde insolite et burlesque, qui joue magnifiquement sur le thème de la différence. La chanteuse Juliette a mis en scène ce spectacle musical qui mêle ambiance foraine, rock, cabaret, chansons réalistes et refrains coquins. Entre le numéro du pistoléro-guitariste Axel de la Rose, le blues de « la femme crocodile » ou celui du vampire végétarien… sans oublier le lifting orchestré à coups de scie et d’instruments de boucher, ces artistes hors normes nous font passer par toute une gamme d’émotions. On rit, on frémit, on vibre… et surtout on applaudit un show enlevé qui renoue avec l’esprit du Grand Guignol tout en y apportant une inventivité, une poésie et un humour terriblement personnels…
Annie Grandjanin

Jusqu’au 28 septembre, à 21 heures, à l’Alhambra, 21, rue Yves Toudic 75010 Paris. Tél. : 01 40 20 40 25. 

24 juin 2013

Le joyeux swing de Lucy Dixon

Son nom ne vous est peut-être pas très familier mais vous connaissez sûrement sa silhouette ! Lucy Dixon a en effet intégré la troupe de Stomp à ses débuts en 1995 et assuré notamment la première tournée européenne. Mais cette pétillante anglaise n’a pas toujours chaussé les godillots de ces virtuoses de la danse et des percussions. Auteur, compositeur, chanteuse, chorégraphe… Lucy affiche un sacré cursus. « Quand je suis sortie de l’école, mon premier engagement a été pour le Lido à Paris. Je suis partie au bout d’un an car je ne voulais pas jouer la Bluebell toute ma vie ! » Elle rejoint alors le « West End » de Londres où on la retrouve à l’affiche de Cats, Follies, Metropolis, le Ballon Rouge…En province, elle incarnera également Sally Bowles dans le Cabaret mis en scène par Tim Flavin.
«Lorsque j’étais en tournée avec Stomp, j’ai écrit un certain nombre de chansons dans les chambres d’hôtels, se souvient-elle. C’est un ami qui m’a poussée à les enregistrer ». Elle sort donc un premier opus en 2006 « Me Is You Now » (Cristal Records) bien accueilli par les radios, puis en 2011, « One Too » (Plus Loin), un projet basé sur l’improvisation jazz, électro et pop, concocté avec la complicité de l’iconoclaste Professeur Inlassable.
Mais l’artiste rêve d’autre chose : « Ce qui me passionne, c’est de faire vivre les chansons sur scène». Entourée de solides musiciens issus du jazz manouche, elle a donc cherché… et trouvé une formule qui colle à son sens aigu du rythme et du show. Swinguant avec une belle et joyeuse énergie, elle revisite des standards de jazz des années 40 (qu’elle mêle de compositions personnelles) tout en s’accompagnant de percussions et de numéros de claquettes. Et le charme opère dès les premières mesures ! En attendant la sortie d’un nouvel album, prévue en janvier prochain, Lucy Dixon se produit le 3 juillet, dans le cadre intimiste de l’Orphée. Un bar qui fut paraît-il la garçonnière de Cocteau et Jean Marais…
Annie Grandjanin

Les 10 septembre, 14 octobre et 21 novembre, à 20h30, au Sunset, 60, rue des Lombards 75001 Paris. Infoline: 01 40 26 46 60. 

18 juin 2013

L'été sera jazz...


Marcus Miller
(c) Mathieu Zarro
Pour l’été, on ne tirera pas trop de plans sur la comète côté soleil…mais pour le jazz, on peut affirmer que les aficionados seront comblés ! Voici une sélection de rendez-vous à ne pas rater. 
Déjà commencé depuis le 8 juin, le Paris Jazz Festival se poursuivra jusqu’au 28 juillet, avec Manu Katché en quartet, Roberto Fonseca, Jean-Jacques Milteau, Manu Galvin, Michael Robinson, Ron Smyth, le Caratini Jazz Ensemble...dans le cadre ludique du Parc Floral de Paris.
Le Festival Orléans’Jazz 2013 annonce sur 3 sites en plein air pas moins d’une cinquantaine de concerts : Pierrick Pédron, Marcus Miller, Guillaume Perret, Chick Corea, Paolo Fresu…

Cecile McLorin Salvant
(c) JP Dowell
Le Festival Django Reinhardt de Samois. Pour sa 34ème édition, la manifestation qui se déroule sur la petite Ile du Berceau, réunira Marcus Miller, Jamie Cullum, Cecile McLorin Salvant, Ibrahim Maalouf, Angelo Debarre, Kellylee Evans…
Le Festival Jazz à Vienne. 15 jours de concerts dans le plus grand théâtre antique d’Europe, avec Keziah Jones, Ben Harper & Charlie Musselwhite, Hamad Jamal & Yusef Lateef (en remplacement de Sonny Rollins), Santana, Avishai Cohen,  Chucho Valdès avec Buika, Dee Bridgewater & Ramsey Lewis…
Festival All Stars du New Morning. Une affiche exceptionnelle avec Otis Taylor, Lucky Petterson, Roy Hargrove, Ron Carter, Ricky Lee Jones, Steve Swallow/Carla Bley, Kyle Eastwood, Erik Truffaz, Joao Bosco…
Nice Jazz Festival. Le plus ancien, puisqu’il a vu le jour en février 1948 ! Pour son 65ème anniversaire, les festivaliers pourront applaudir John Legend, Macoe Parker, George Benson, Earth, Wind & Fire, Stéphane Belmondo, André Ceccarelli « Ultimo » et l’Orchestre Philharmonique de Nice… entre autres !
Pianissimo au Sunside. Au programme, comme toujours, des musiciens consacrés et de nouveaux talents : Baptiste Trotignon, Jacky Terrasson Trio, Yaron Herman Quartet, Giovanni Mirabassi Trio, une carte blanche à Alain Jean Marie, Aldo Romano « New Blood » Quartet…
Petit dernier, et non des moindres,  le Jazz à la Villette dont on retiendra quelques temps forts : le groupe Chic emmené par Nile Rodgers,  le new-yorkais John Zorn qui fêtera son 60ème anniversaire avec 9 groupes pour 3 concerts événements. Un programme britannique avec Bryan Ferry revisitant notamment quelques morceaux de Roxy Music, Jamie Cullum, la rencontre de Seun Kuti avec le trompettiste Christian Scott, un hommage à Gil Scott-Heron, Arthur H, un coup de chapeau au Mali avec Fatumata Diawara, Vieux Farka Touré, Mamani Keita… Et bien  sûr, des musiciens emblématiques tels que Laurent de Wilde, Sylvain Luc, Stefano Di Battista, Kenny Garrett…
Annie Grandjanin

Paris Jazz Festival, jusqu’au 28 juillet. www.parisjazzfestival.fr
Festival Orléans’Jazz 2013, du 19 au 29 juin. www.orleans.fr/evenementiel/orleans-jazz-2013/accueil.htm
Jazz à Vienne, du 28 juin au 13 juillet. www.jazzavienne.com
Festival All Stars du New Morning, du 2 juillet au 4 août. www.newmorning.com
Nice Jazz Festival, du 8 au 12 juillet. www.nicejazzfestival.fr
Pianissimo au Sunside, du 30 juillet au 31 août. www.sunset-sunside.com
Jazz à la Villette, du 3 au 15 septembre. Infos et réservations sur www.jazzalavillette.com Tél. :01 44 84 44 84 et 01 40 03 75 75

Johnny Hallyday: respect

A Bercy, où il donné trois concerts et célébré ses 70 ans, c’est le mot qui vient tout de suite à l’esprit. Respect pour un artiste qui entretient généreusement la flamme depuis 50 ans. Fidélité aussi car les chanteurs qui bénéficient d’une telle cote de popularité auprès de leur public et depuis si longtemps ne sont pas légion ! Des incontournables sosies aux admirateurs de la première heure, ils étaient tous là pour fêter leur idole. Une idole qui s’est offert un bain de foule sur « « Que je t’aime » avant de rejoindre la scène où l’attendaient ses musiciens. Tout de cuir vêtu, Johnny a enchaîné les classiques : « Allumer le feu », « Ma gueule », « Marie » ou encore « Je te promets », un titre sur lequel on a perçu quelques faiblesses vocales. Grandiloquent sur « Diego », interprété avec l’Orchestre de Paris, dirigé par Anne Gravoin, il s’est même offert quelques déhanchements suggestifs… avec son pied de micro ! Après un hommage appuyé à son ami Michel Berger avec le superbe « Quelque chose de Tennessee », Florent Pagny est venu lui donner la réplique sur « 20 ans » (écrit par Miossec) tandis que des photos de ses jeunes années défilaient sur un écran géant. « Grâce à vous, on a toujours 20 ans » confesse-t-il à la foule qui l’acclame, avant de céder la scène à ses trois choristes, excellentes dans une reprise du symbolique « Respect » d’Otis Redding. Un titre qui donne le ton d’une seconde partie plus convaincante. Car, c’est bien  lorsqu’il revient à ses fondamentaux, des morceaux avec lesquels il a débuté sa carrière, que Johnny touche au cœur. Sur une scène mobile, en formation acoustique, dans une tenue un poil plus sobre,  il retrouve ses accents de  crooner dans une séquence « souvenirs, souvenirs » avec un clin d’œil à Elvis Presley et quelques succès des années 60 : « Retiens la nuit » (de Charles Aznavour), « Tes tendres années », « Laisse les filles » « Si j’étais un charpentier », « Joue pas de rock’n roll »…
Accompagné au piano par Yvan Cassar, il termine son concert (plus de deux heures !) par un vibrant « Quand on a que l’amour ». Car c’est incontestablement l’amour qui porte Johnny depuis plus de cinq décennies. Celui qu’il n’a jamais cessé de prodiguer  à ses fans…qui lui rendent au centuple. Et qu’importe les rendez-vous ratés, les soucis de santé, la « gueule » burinée et le poids des ans. Sur scène, l’artiste ne s’est jamais économisé. Car, comme l'indique le titre de sa tournée Born Rocker Tour, il est né pour ça !
Annie Grandjanin

En tournée :  le 18 juin à Vienne, le 21 à Rouen, le 23 à Namur, les 25 et 26 à Monaco et le 27 à Nîmes.

16 juin 2013

Cinq de Coeur rafle la mise


Avec sa dernière création « Métronome », ce quintette a cappella (2 sopranos, 1 contralto, 1 ténor et un baryton-basse) nous embarque une fois de plus dans son univers débridé. Embarquer n’étant pas à prendre au pied de la lettre puisque l’histoire raconte justement les mésaventures de cinq usagers bloqués dans le métro!
Sur le quai : une femme d’affaires, une fliquette, une dépressive, un touriste candide et un crooner raté, reconverti dans l’animation de banquets de mariages, attendent désespérément une rame. L’occasion pour ces victimes de la grève, de se livrer à de réjouissants intermèdes musicaux. Habilement mis en scène par Pascal Légitimus, les chanteurs et comédiens puisent dans un répertoire aussi vaste qu’éclectique : Verdi, Nino Rota, Pergolèse, Claude François, Michael Jackson, Ravel, Gainsbourg, les Bee Gees, Donna Summer, Pierre Vassiliu, Quincy Jones…Il faut les voir passer du « Messie » de Haendel à « Laisse-moi kiffer » de Diam’s pour réaliser à quel point ces virtuoses, dotés d'une parfaite technique vocale, ne se prennent décidément pas au sérieux. Ajoutez à cela un humour très urbain qui évite toute vulgarité, et vous comprendrez que se retrouver bloqué avec Cinq de Cœur est loin d’être une galère…
Annie Grandjanin

Jusqu’au 4 août, du mardi au samedi à 19 h, mat. dimanche à 15 h, au Théâtre Rive Gauche, 6, rue de la Gaîté 75014 Paris. Tél. : 01 43 35 32 31. www.theatre-rive-gauche.com

10 juin 2013

Charles Trénet: soufflez, soufflez les bougies...

« Longtemps, longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues… » fredonnait Trénet, comme un présage. En effet, en 60 ans de carrière et pas moins de 1000 chansons, l’artiste nous a laissé un nombre impressionnant de succès :  « Y’a d’la joie », « Un rien me fait chanter », « La mer », « Moi, j’aime le music-hall », « la romance de Paris », « La mer », « Douce France », « Que reste-t-il de nos amours »….
Des refrains régulièrement repris aux quatre coins de la planète et qui inspirent encore les nouvelles générations : « Il a écrit les textes les plus fous, les plus modernes » affirme Benjamin Biolay. On se souvient qu’en 1981, il chantait aussi « Soufflez, soufflez les bougies, les flammes joyeuses des anniversaires… ». Autant dire que pour célébrer le centenaire de sa naissance (le 18 mai 1913 à Narbonne), la nostalgie et la mélancolie ne seront pas forcément au programme ! Un programme chargé, dont on retiendra notamment :
- l’exposition « Le fou chantant » présentée par notre confrère Jacques Pessis qui se tiendra jusqu’au 30 juin à la Galerie des Bibliothèques de la ville de Paris puis à Narbonne, du 20 juillet au 20 octobre.
- la publication de l’intégrale de ses chansons (Cherche Midi Editeur) sous le titre « Ya d’la joie ». Un ouvrage préfacé par Charles Aznavour.
- le festival Charles Trénet à Narbonne, du 20 au 25 août avec la participation de Féfé, Patricia Kaas, Louis Bertignac… et surtout une création de Charles Aznavour avec Cali et Alexis HK
Une compilation « Charles Trénet au cinéma » (EMI Music), un disque pour enfants de Jacques Haurogné, un livre de Didier Varrod à paraître chez Flammarion cet automne…
Et, « si le cœur vous en dit », sachez que le 21 juin, pour la Fête de la Musique, un grand concert avec un invité surprise sera donné dans la cour de la Bibliothèque Historique de la ville de Paris.
Annie Grandjanin

Galerie des bibliothèques de la ville de Paris, 22, rue Mahler 75004 Paris, de 13 h à 19 h, nocturne les jeudis jusqu’à 21 h. www.paris-bibliotheque.org
www.narbonne.fr Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 24, rue Pavée, 75004 Paris.