16 janv. 2017

Le Bagad de Vannes à l'Olympia

(c) Thierry Prat
En breton, bagad signifie troupe. Et c'est bien l'esprit qui règne au sein de ces musiciens réunis par une passion commune. Véritables ambassadeurs, ils ont déjà sillonné l'Europe, la Chine, les États-Unis et le Canada pour porter haut et loin la culture bretonne. Mais pas seulement... car si le Bagad de Vannes puise dans les musiques traditionnelles, il a enrichi son répertoire de sons électroniques, de jazz, de classique ou de world.
Avec sa nouvelle création baptisée "Contrechamp", il embarque le public dans un voyage épique mêlant musiques de films, vidéos, percussions, cornemuses... sans oublier la fameuse bombarde basse. Un instrument qu'ils sont les premiers à avoir intégré dans leur formation. En janvier 2015, le Bagad de Vannes a remporté le premier prix de l'émission "La France a un incroyable talent" sur M6. Mais, à l'évidence, il n'a pas attendu cette consécration cathodique pour prouver qu'il avait le vent... en poupe !

Le dimanche 5 février 2017, à 16 heures, à l'Olympia, 28, boulevard des Capucines, 75009 Paris. Tél.: 08.92.68.33.68. Prix: de 30 à 54 €. (places de catégorie 3 à 30 € si vous réservez avant le 18 janvier). http://www.olympiahall.com/ 

Thomas Fersen en showcase

Dans la foulée de la sortie de son nouvel album "Un coup de queue de vache" (dans les bacs le 20 janvier prochain), Thomas Fersen se produira en showcase, le 27 janvier, à 18 heures, à la Fnac des Ternes. L'occasion de découvrir, en live, quelques titres de cet opus, arrangé par Joseph Racaille dans lequel il est notamment accompagné d'un quatuor à cordes.
Au fil des onze chansons, l'auteur-compositeur nous embarque dans des histoires loufoques et tendres qui parlent d'une joueuse de bombarde, d'un lièvre, d'un vieux homard naïf... tout en nous offrant une belle relecture du "Testament" de l'artiste québécois Fred Fortin.
Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Forum des Rencontres, niveau 4
26/30, avenue des Ternes, 75017 Paris.

29 déc. 2016

"Singin' in the Rain" déménage au Grand Palais

Dan Burton (Don Lockwood), Clare Halse (Kathy Selden),
Daniel Crossley (Cosmo Brown)
 (c) Sylvain Gripoix
En raison de la fermeture du Théâtre du Châtelet pour d'importants travaux de rénovation (de mars 2017 au printemps 2019) la fameuse comédie musicale "Singin' in the Rain",  mise en scène par Robert Carsen, présentée pour la premère fois en mars 2015, déménagera dès le 26 novembre prochain, dans la nef du Grand Palais.
Un bel écrin, sous la plus grande verrière d'Europe, pour ce spectacle inspiré par le film-culte de Stanley Donen et Gene Kelly, sorti en 1952, qui avait notamment révélé Debbie Reynolds dont on vient tout juste d'apprendre la disparition.
Ouverture des locations dès la mi-janvier.

Du 26 novembre 2017 au 10 janvier 2018, Nef du Grand Palais. 
Entrée Winston Churchill, avenue Winston Churchill, 75008 Paris.
Tél.: 01.44.13.17.17. http://www.grandpalais.fr/

23 déc. 2016

Les Darons en roue libre

(c) Fabienne Rappeneau
A l'origine, le daron désignait le maître des lieux. Dans le langage populaire, il évoque aujourd'hui le père. Une manière, peut-être, pour les cinq joyeux compères, de revendiquer la paternité des sketches écrits en commun.
Pas de fil conducteur, sinon l'amitié qui lie Fred Bianconi, Frédéric Bouraly, Emmanuel Donzella, Olivier Mag et Luc Sonzogni depuis une vingtaine d'années. Une complicité évidente lorsqu'on découvre ce spectacle qui démarre judicieusement par la fin !
Misant à fond sur les situations burlesques ou absurdes, avec ici et là quelques pointes d'humour noir, les Darons évoluent totalement en roue libre ... et n'évitent pas certains dérapages ! Car si l'on peut sourire en découvrant le numéro du crooner latin troquant l'habituelle chemise mouillée de sueur contre quelques poils de poitrine balancés dans la salle, on s'interroge sur la nécessité de s'aventurer sur d'autres terrains pileux . Quant à la cérémonie d'enterrement d'un ami, les oraisons décalées se suffisaient à elles-mêmes. Nul besoin de faire chuter le cercueil en jouant sur des ressorts largement éculés. On passera également sur le final sado-maso dont la portée ne devrait pas enrichir le cursus de ces comédiens bien connus des amateurs de séries télévisées comme "Scènes de ménage", "Engrenages", "En famille"...
Il y a pourtant chez ces nouveaux humoristes, un réel talent pour surprendre et amuser les spectateurs avec ces papas dépassés, réunis autour d'un bac à sable, ce repas partagé sur scène, la chanson "Le pays pays" de Brel, illustrée, en live,  avec quelques traits de craie sur un tableau noir ou encore ces trop rares intermèdes musicaux qui révèlent de belles qualités vocales.
En gommant quelques dérives et surcharges, le spectacle des Darons pourrait devenir l'histoire drôle et attachante de cinq bons copains partageant, en public, le plaisir de se retrouver sur scène.

Le 23 décembre à 21 h 15 et du mardi 27 au samedi 31 décembre 2016, à 21 h 30, au Splendid, 48 rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris. 
Tél.: 01.42.08.21.93. Prix: 21, 27 et 33 €.  http://www.lesplendid.com/

20 déc. 2016

Les Nuits de l'Alligator: 12ème édition

Depuis sa création, en 2006, ce festival invite des bluesmen réputés mais aussi de jeunes musiciens (américains, suédois, français, belges, espagnols...) dans un répertoire qui fleure bon le vieux sud américain. Mais pas seulement !
Car, avec "Les Nuits de l'alligator" on remonte à l'envi les rives du Mississippi pour découvrir des musiques qui puisent dans le creuset du blues mais flirtent aussi du coté du rock, du folk, de la soul ou de la country.
Pour célébrer cette douzième édition, l'affiche rassemble symboliquement une douzaine d'artistes et formations.
Outre le retour du groupe culte des années 90 Boss Hog (qui avait disparu des scènes vers l'an 2000), le public pourra applaudir Fantastic Negrito venu de Californie, le duo Flo Morrissey & Matthew E White (en exclusivité à Paris), Guadalupe Plata, très prisé en Espagne, le cowboy Karl Blau, King Biscuit (originaire de Haute-Normandie), Luke Winslow King, un chanteur et guitariste basé à la Nouvelle-Orléans, le rock sudiste des Seratones, les belges The Sore Losers, Theo Lawrence & The Hearts, l'américain William Z Villain... sans oublier un habitué des "Nuits de l'Alligator", le ténébreux et talentueux bluesman suédois Bror Gunnar Jansson qui viendra présenter son nouveau disque "And The Great Unknown, part 1" (un EP de 7 titres).
Bror Gunnar Jansson
(c) Julien Bourgeois
Événement itinérant, à l'instar des musiques qu'il met en valeur, le festival passera dans treize villes de province (Amiens, Angoulême, Annecy, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Feyzin, La Rochelle, Lille, Nancy, Nantes, Rouen et Vannes), avec une longue escale parisienne à la Maroquinerie.

Du 7 au 18 février 2017 (les 9, 10, 12, 14 et 15 février 2017 à la Maroquinerie, 23 rue Boyer, 75020 Paris). 
Réservations Fnac, Digitick et sur le site http://ww.nuitsdelalligator.com/
Tarifs: de 18 à 22 € à Paris et de 10 à 20 € en région

19 déc. 2016

Des news, des news...


- Prix Ricard S.A. Live Music. Participation record pour cette nouvelle édition qui a enregistré 1186 groupes inscrits et plus de
240 000 votants ! Verdict le 30 janvier prochain, à 19 heures, au Café de la Danse pour connaître le nom du lauréat, en présence d' I AM INSTAGRAM et Fuzeta, (vainqueurs des prix 2015 et 2017). Soirée gratuite, dans la limite des places disponibles. Il est donc prudent de réserver dès maintenant votre invitation sur http://www.ricardsa-livemusic.com/

Café de la Danse, 5, passage Louis Philippe, 75011 Paris.

Foire aux Vins de Colmar: les premiers noms. Anniversaire en fanfare pour les 70 ans de cet événement estival puisqu'on annonce d'ores et déjà la participation de Renaud, Les Insus, Pixies et Sting.

Du 27 juillet au 6 août 2017, Parc Expo Colmar.
Infos sur le site http://www.foire-colmar.com/











13 déc. 2016

La Famille Semianyki, retour gagnant

(c) Alisa Gill


Leur précédent spectacle "Semianyki Express" avait déçu. La formidable mécanique de cette troupe russe (issue du Theatr Licedei de Saint-Pétersbourg) s'était-elle grippée après dix ans de tournée ? Que Nenni ! Mais dès leur première apparition en France en 2005, au Festival off d'Avignon, les six clowns, mimes et comédiens avaient mis la barre très haut !
Du coup, nous étions restés sur le quai en laissant passer cet express aux allures d'omnibus.
On salue donc le retour de la Famille Semianyki, au meilleur de sa forme. Entre la mère enceinte jusqu'au cou, toujours coquette et aguicheuse, la turbulente marmaille (trois filles et un garçon) qui ne s'accorde que le temps d'imaginer comment tuer le père. Et un père aimant mais dépassé qui carbure à la vodka et fait régulièrement sa valise... pour mieux revenir.
Dans un décor de bric-à-brac, cette ubuesque tribu multiplie les gags dans un esprit proche de celui de la commedia dell'arte, tout en partageant une réelle connivence avec le public.
On passe en permanence du rire à l'émotion, sans oublier quelques frissons au moment où certains éléments s'animent sur scène ou lorsque la benjamine, dont la dégaine rappelle étrangement Maggie Simpson, s'amuse à arracher les têtes de ses poupées.
Un show burlesque qui raconte l'histoire, sans paroles, d'une famille furieusement déjantée.

Jusqu'au 30 décembre 2016, du mardi au samedi, à 20 heures, mat. dim. à 16 h (relâche le 25 décembre) à la Cigale, 120, boulevard de Rochechouart, 75018 Paris. Places: de 18,30 à 65 €.
http://www.lacigale.fr/